Roman noir "Dans l'ombre du brasier" Hervé Le Corre

Notre avis :

Il y a presque quinze ans, avec L’homme aux lèvres de saphir, Hervé Le Corre plongeait le lecteur dans le Paris de 1870 et le crépuscule du Second Empire. C’est quelques mois après l’action de ce roman, et dans un autre crépuscule, celui de la Commune, au cœur de la Semaine sanglante, que prend place l’intrigue deDans l’ombre du brasier. Et c’est aux basques de l’un des personnages rescapés de L’homme aux lèvres de saphir, que l’on va assez vite s’accrocher. Quoi de plus facile, dans une ville insurgée et en état de siège, que de s’adonner, comme le fait l’inquiétant Pujols, à un petit trafic d’êtres humains, en l’occurrence de jeunes femmes qui servent de modèles à un photographe avant d’être revendues à des proxénètes ? Parmi elles, Caroline, infirmière de la Commune dont le fiancé, Nicolas Bellec est engagé dans les combats contre les troupes versaillaises. De son côté, Antoine Roques, ouvrier du livre et communard a, un peu contre son gré, hérité de la charge pesante de « délégué à la sûreté ». C’est que dans le monde nouveau qu’est la Commune, et quand bien même on a pu honnir jusque là la police, bras armé d’un État oppresseur, il convient encore de maintenir l’ordre et la sécurité des citoyens. Et bien vite, alors que se succèdent les combats, Roques va d’autant plus prendre sa mission à cœur que les troupes versaillaises sont prêtes à reprendre la ville et que le chaos s’installe : il lui faut à tout prix mettre la main sur celui qui enlève des jeunes femmes et, avant qu’il ne soit trop tard, retrouver Caroline, dernière en date de ses victimes.

Un roman d'une rare ampleur, Hervé Le Corre au sommet de son art.

Vivement recommandé par Isabelle, médiathèque de Baziège. (Un dossier succint sur la Commune et ses principaux personnages vous sera prêté avec l'ouvrage.)

 

 

Voir le document
Go to top